lundi 26 mai 2014

Petites gaffes et autres maladresses... qui détruisent le Onboarding.


Premier jour dans un établissement scolaire. Je remplace une personne pendant quatre mois. La proviseure de l'établissement : "Bon, vous, de toute façon, vous n'êtes là que de passage !". Ah...

Premier jour dans une structure. Je me dis, un peu angoissé : "J'espère qu'ils me laisseront le temps de prendre mes marques !" L'après-midi même, après avoir vaguement discuté avec la manager, la secrétaire... et c'est tout, je recevais mes premiers clients... Panique à bord !

Après un premier recrutement avec le chargé de recrutement (1 heure, bon feeling), je suis reçu par la manager. Entretien plus que mitigé (je croyais que j'avais foiré mon entretien) et expédié en un quart d'heure ! Pourtant, je suis pris ! Je me suis toujours demandé pourquoi ! D'ailleurs, je n'y suis pas resté !

J'ai rendez-vous avec une N+2 après un premier rendez-vous avec la N+1 qui s'était très bien déroulé. Après... deux heures et demie d'attente... la N+2 arrive en s'excusant platement et en disant qu'elle était "en conf call juste à l'entrée de l'établissement avec le boss". Je ne devais pas être assez important à ses yeux...

Dans la restauration rapide, premier jour d'un collaborateur. Le manager explique très (trop ?) rapidement les différentes fonctionnalités de la caisse... et c'est le coup de feu. Heureusement que l'agent de sécurité était là pour le guider...

Tous ces exemples réels montrent à quel point la relation à l'autre peut être difficile à vivre. Vous est-il arrivé de vous retrouver du côté du recruteur (qu'il soit le manager ou le correspondant RH du futur collaborateur) ? Ces anecdotes, rigolotes avec le recul, ne le sont pas sur le moment. Et n'oubliez pas : le diable se cache dans les détails de votre Onboarding !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire